La plume de l'alouette
Mars 2019

DOSSIER SPECIAL
Comment préserver l’utilité
des élus suppléants du CSE ?

 

Parmi les nombreuses régressions des ordonnances Macron en matière de représentation du personnel, l’une d’entre elles alerte particulièrement les syndicats : la présence des suppléants aux réunions du CSE   (comité social et économique) n’est plus de droit.

Nous avons sélectionné quelques idées issues d’accords de mise en place du CSE   pour vous aider à négocier leur participation aux réunions.

L’utilité du suppléant en danger

L’absence des suppléants aux réunions du CSE  , au-delà des difficultés concrètes posées par l’organisation du remplacement (possibilité d’être libéré de son poste de travail et d’organiser son déplacement pour siéger) soulève deux problèmes majeurs :

  • Quelle sera la capacité des suppléants à siéger sur le fond ? Leur méconnaissance des nombreux dossiers traités par le CSE   leur permettra-t-elle de rendre un avis éclairé ?
  • Comment les suppléants, qui sont traditionnellement les titulaires de demain, pourront-ils appréhender la complexité du mandat et bénéficier d’un apprentissage progressif auprès des titulaires ?

Dans un contexte où le passage en CSE   entraîne la réduction drastique du nombre d’élus couplée à la multiplication des sujets à traiter, ces deux questions n’ont rien d’anodin. La majorité des accords conclus jusqu’ici n’y répond pas, s’en tenant au minimum légal.

Même le comité d’évaluation des ordonnances Macron s’en émeut, soulignant que « tous les interlocuteurs soulignent que le lourd mandat de CSE   nécessitera un apprentissage important, ce qui peut justifier une présence en séance des suppléants avec les titulaires »* et préconise d’accroître les marges de manœuvre en la matière.

A noter 

À partir de la mise en place du CSE  , les élus suppléants, sauf accord plus favorable, ne participent aux réunions plénières de l’instance que lorsqu’ils remplacent un titulaire.

L’employeur a néanmoins l’obligation d’envoyer aux élus suppléants l’ordre du jour des réunions et les documents nécessaires aux informations et consultations, même lorsqu’ils ne participent pas aux réunions. Il est primordial de faire respecter cette disposition afin que les suppléants puissent participer utilement aux travaux du CSE  .

Comment négocier la participation des suppléants aux réunions du CSE   ?

Seule la négociation, dans le cadre de l’accord de mise en place du CSE   et/ou dans le règlement intérieur du CSE  , pourra permettre la présence des suppléants en réunion plénière du CSE  .

À défaut de maintenir la présence permanente de tous les suppléants aux réunions du CSE   (ce qui a néanmoins été réussi dans quelques accords), des solutions intermédiaires peuvent être négociées pour prévoir une présence partielle de ces derniers. Voici un florilège de clauses issues d’accords de mise en place du CSE  .

Participation permanente d’un nombre limité de suppléants

Certains accords permettent la participation aux réunions plénières du CSE   pour une fraction seulement des suppléants.

« Il est convenu qu’un tiers du nombre total des suppléants est autorisé à participer aux réunions du CSE  . Cette proportion de suppléants autorisés à participer à la réunion ne tient pas compte des potentiels remplacements de titulaires absents. »

Ils précisent parfois les modalités de choix des suppléants amenés à siéger :

• Selon leur collège électoral

 « A titre dérogatoire, pour le CSE  , compte tenu de la dispersion géographique et de l’éloignement de ses membres, il est admis qu’un certain nombre de suppléants soit systématiquement convoqué à chaque réunion du CSE  , que des titulaires soient absents ou non, selon les règles suivantes :

- Pour le collège employés, 1 élu suppléant par liste syndicale, par tranche de 5 suppléants élus sur cette même liste.

- Pour le collège agents de maîtrise, 1 élu suppléant de la liste majoritaire. »

• Selon leur établissement

 « Les partenaires estiment, en l’absence de mise en place de représentants de proximité, que chaque unité de travail doit pouvoir être représentée lors des réunions des CSE  . En conséquence, par dérogation, il est convenu que les suppléants pourront participer aux réunions pour représenter leur unité de travail, à condition qu’il n’y ait pas d’élu titulaire présent de leur unité de travail. »

• Choisis par les organisations syndicales représentatives

 « Peut assister aux réunions du CSE   un membre suppléant de la délégation du personnel par organisation syndicale représentative. Il est convenu que ce membre peut être différent d’une réunion à l’autre, au libre choix de chaque organisation syndicale, il participe aux débats sans droit de vote. »

• Choisis par le CSE  

 « Parmi les élus, participeront aux réunions avec l’employeur, les membres titulaires et 3 membres élus suppléants sans qu’ils aient besoin de remplacer un titulaire ; les élus s’organiseront entre eux et préalablement à la réunion pour déterminer quels seront les membres suppléants participants à la prochaine réunion ; ils veilleront à en informer la DRH et le N+1 du salarié concerné.  »

Participation ponctuelle de l’ensemble des suppléants

Une autre solution mise en œuvre est de rendre possible la participation de l’ensemble des suppléants mais seulement lors de certaines réunions plénières du CSE  . Plusieurs accords limitent cette participation à la première réunion du CSE  , d’autres réservent cette possibilité à une invitation expresse ou spécifient les occasions lors desquelles les suppléants seront conviés aux réunions :

  • « Il est convenu que, pour 5 réunions ordinaires annuelles, les membres suppléants de chaque CSE   d’établissement pourront assister aux réunions en présence du titulaire. »
  • « Sur invitation du CSE  , les suppléants, les représentants de proximité, les membres non élus des commissions, pourront participer, avec voix consultative, aux réunions en présence des titulaires. »

A l’occasion des informations et consultations récurrentes

« Les élus suppléants seront invités à participer aux trois consultations récurrentes : orientations stratégiques de l’entreprise, situation économique et financière, politique sociale. »

A l’occasion des réunions du CSE   dédiées à la santé, la sécurité et aux conditions de travail

« Afin de valoriser les suppléants dans leur rôle de représentant du personnel et de les impliquer dans la vie du Comité, il est convenu que ces derniers assistent aux réunions du Comité dès lors qu’elles portent sur tout ou partie des attributions en matière de santé, de sécurité et de conditions de travail (soit au moins 4 réunions par an).  »

Participation des suppléants au titre de leur appartenance à une commission du CSE  

Certains accords stipulent que les suppléants pourront participer aux réunions du CSE   au titre des travaux préparatoires qu’ils effectuent, notamment dans le cadre d’une commission du CSE  .

« De façon plus favorable que la loi, il est prévu que, sur demande expresse du secrétaire du CSE  , les membres suppléants du CSE   appartenant aux commissions du CSE   seront convoqués aux réunions du CSE   qui donneront lieu à une consultation sur un sujet relevant du domaine de compétences de leur commission.  »

Participation des suppléants pour assurer la transition en fin de mandat

Des accords envisagent la participation des suppléants aux réunions du CSE   comme une étape d’observation et d’apprentissage pour devenir titulaires lors d’une prochaine mandature.

« Le suppléant ne participera aux réunions du CSE   qu’en l’absence du titulaire qu’il remplacera. Cependant, durant les 6 derniers mois du mandat, les suppléants seront autorisés à participer aux réunions du CSE  .  »

« Lorsqu’un titulaire cesse ses fonctions de membre élu titulaire du CSE  , le suppléant amené à le remplacer de manière définitive pourra assister le titulaire dans les 3 derniers mois d’exercice de son mandat aux réunions du CSE  . Pendant ce délai, le suppléant amené à le remplacer bénéficie du même crédit d’heure que le membre titulaire qu’il remplacera.  »

 Conseil Atlantes : N’oubliez pas de négocier des moyens pour les suppléants

Des heures de délégation

Afin que les suppléants puissent participer utilement aux travaux du CSE  , il est important de négocier un crédit d’heures de délégation soit pour chaque suppléant, soit sous la forme d’une enveloppe globale annuelle à se répartir. Autre possibilité : négocier que le temps passé aux réunions préparatoires soit considéré comme du temps de travail effectif.

À défaut d’accord, les élus titulaires peuvent mutualiser leurs heures de délégation avec les suppléants (art. L. 2315-9 du Code du travail).

Des droits à formation

Pour mener à bien leur mandat, les suppléants ont besoin de se former. Seule la formation en santé, sécurité et conditions de travail est de droit pour tous les membres de la délégation du personnel du CSE  , donc y compris les élus suppléants (art. L. 2315-18 du Code du travail).

La formation économique est obligatoire pour les membres titulaires du CSE   (art. L. 2315-63 du Code du travail), mais il est nécessaire de négocier qu’elle puisse également bénéficier aux élus suppléants en prévoyant le maintien de leur rémunération par l’employeur.

Claire BLONDET, Juriste - Atlantes Paris/ Île de France

* Note d’étape sur les travaux du comité d’évaluation des ordonnances relatives au dialogue social et aux relations de travail, France Stratégie, décembre 2018, p. 39.

Contact

Contactez notre service
01 56 53 65 00
info@atlantes.fr

APPLICATION MOBILE

L’actualité du droit du travail et de ses évolutions… du bout des doigts.
En savoir plus

Partagez

Mise à jour :jeudi 18 avril 2019
| Mentions légales | Plan du site | RSS 2.0