Actus d’Atlantes

Harcèlement : l’employeur alerté par un salarié ne peut faire preuve d’inertie

Dans cette affaire, une salariée avait alerté par courrier son employeur du harcèlement moral qu’elle prétendait subir de la part de sa supérieure hiérarchique. La salariée demandait notamment la réparation du préjudice subi du fait de l’inertie de la direction qui, malgré son alerte, n’avait mené aucune enquête ni pris aucune mesure. Pour la cour d’appel, le harcèlement moral n’étant pas établi, il ne pouvait être reproché à l’employeur d’avoir manqué à son obligation de sécurité.

Pour la Cour de cassation la logique est tout autre : «  l’obligation de prévention des risques professionnels, qui résulte (des articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du Code du travail), est distincte de la prohibition des agissements de harcèlement moral instituée par l’article L. 1152-1 du Code du travail et ne se confond pas avec ».

Dès lors, l’employeur alerté d’une situation de harcèlement moral dont se plaint un salarié doit diligenter des mesures d’investigation en interne pour évaluer la situation et prendre, le cas échéant, les correctifs nécessaires. À défaut de toute réaction, il manque à son obligation générale de prévention et peut être condamné à indemniser le salarié.

Conseil Atlantes  : Représentants du personnel, il est essentiel quand vous le pouvez de vous associer à cette démarche d’alerte auprès de la direction et de veiller à participer à l’enquête conjointe le cas échéant. Il est primordial de fixer au préalable un cadre pour cette enquête (personnes interrogées, questions posées, modalités de restitution, etc). 

Cass.soc., 27 novembre 2019, n° 18-10.551 FP-PB

Maxence DEFRANCE  
Juriste Atlantes

APPLICATION MOBILE

L’actualité du droit du travail et de ses évolutions… du bout des doigts.
En savoir plus

Nos prochaines formations

Partagez