Actus d’Atlantes

NAO 2021 et COVID-19 : Faut-il négocier sur les salaires ?

Il ne fait nul doute que pour certaines entreprises la crise sanitaire aura des conséquences sur les comptes et plus généralement la situation économique de l’entreprise.

Pour les partenaires sociaux de l’entreprise, la négociation constitue un rendez-vous périodique permettant notamment de revaloriser les salaires. Ce rendez-vous est tout particulièrement suivi par les salariés.

Une question nous a été régulièrement posée : doit-on mener cette négociation malgré la crise sanitaire ? 

 

1/ Une obligation légale de négocier

Pour rappel, dans toutes les entreprises dans lesquelles sont constituées une ou plusieurs sections syndicales d’organisations représentatives, les dispositions légales d’ordre public prévoient une négociation a minima tous les quatre ans sur certains sujets (article L.2242-1 du Code du travail). Si la périodicité de 4 ans est un minimum d’ordre public, un accord collectif d’entreprise peut définir la périodicité et les modalités de ces négociations obligatoires sous réserve que chaque thème soit discuté au moins une fois tous les 4 ans. Faute d’accord d’entreprise sur ces sujets il conviendra de négocier (article L.2242-13 du Code du travail) :

Tous les ans sur :

  • La rémunération, notamment les salaires effectifs, le temps de travail et le partage de la valeur ajoutée dans l’entreprise ;
  • L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, portant notamment sur les mesures visant à supprimer les écarts de rémunération, et la qualité de vie au travail.

Tous les trois ans sur :

  • La gestion des emplois et des parcours professionnels (GEPP) dans les entreprises d’au moins 300 salariés

L’employeur qui n’engage pas les négociations obligatoires s’expose à une peine d’emprisonnement de 1 an et à une amende de 3 750 € (article L. 2243-1 du Code du travail). En sus l’entreprise qui ne négocie pas sur les salaires s’expose à des pénalités financières (article L.2242-7 du Code du travail).

Ces dispositions comme les sanctions applicables n’ont pas été suspendues durant la crise sanitaire.

 

2/ Obtenir un état général de la situation économique de l’entreprise

Le Code du travail invite à définir la méthode de négociation permettant à la négociation d’être menée « dans des conditions de loyauté et de confiance mutuelle entre les parties. »

Un tel accord cadre aura vocation à préciser (article L.2222-3-1) :

  • La nature des informations partagées entre les négociations (en s’appuyant sur la BDES)
  • Les principales étapes du déroulement des négociations
  • Des moyens supplémentaires ou spécifiques notamment en matière d’heures de délégation ou de recours à l’expertise 

 En tout état de cause, lors de la première réunion sont précisés :

 - Le lieu et le calendrier de la ou des réunions ;

 - Les informations que l’employeur remettra aux délégués syndicaux et aux salariés composant la délégation sur les thèmes prévus par la négociation qui s’engage et la date de cette remise.

 

Conseil Atlantes - Il sera dès lors nécessaire afin de pouvoir se mobiliser dans le cadre de la négociation d’être proactif dans le cadre de cette première étape de recueil des éléments d’informations. Une première analyse de la BDES et des documents remis par la direction sera pertinente afin d’identifier les éléments pour cette négociation qui pourraient être demandés en sus à la direction. Ce n’est qu’en disposant d’une information complète et à jour que les délégués syndicaux pourront appréhender la situation de l’entreprise et formuler des demandes pertinentes dans le cadre de la négociation : Documents prévisionnels, évolution des rémunérations des dirigeants, aides de l’Etat, etc

 

3/ Pensez aux impacts de la crise sanitaire sur les budgets du CSE  

Le Code du travail indique que cette négociation sur la rémunération porte sur les salaires effectifs, le temps de travail et le partage de la valeur ajoutée mais ne se limite pas à ces sujets. Dès lors il peut être pertinent de porter la négociation sur de nouveaux thèmes.

Il peut par exemple s’agit de négocier sur les impacts de l’activité partielle sur les budgets du CSE  .

En effet, comme nous l’avions déjà indiqué dans notre article sur le sujet (à relire ici : https://atlantes.fr/Impact-de-l-activite-partielle-sur-les-budgets-du-CSE) l’activité partielle aura nécessairement des effets sur les budgets du CSE   qu’il peut être pertinent de pallier afin de permettre au CSE   de maintenir son offre en matière d’ASC.

 

Maxence DEFRANCE  , Juriste – Atlantes Paris/Île-de-France


Vous voulez vous former sur ce sujet ? Vous pouvez retrouver notre catalogue de formation en cliquant ici 

APPLICATION MOBILE

L’actualité du droit du travail et de ses évolutions… du bout des doigts.
En savoir plus

Nos prochaines formations

Partagez