Actus d’Atlantes

Muriel Pénicaud appelle employeurs et syndicats à « négocier »... des baisses de salaires !

« Il faut se serrer les coudes dans cette période. Pour se serrer les coudes, on peut négocier des accords de performance collective, une mesure que l’on a créée dans les ordonnances travail en 2017, qui permet de se dire que plutôt qu’il y en ait 20% qui perdent leur emploi, on va pendant quelques temps baisser le temps de travail et la rémunération  ». Muriel Pénicaud, 31 mai 2020.

En principe, le contrat de travail prime sur l’accord collectif lorsqu’il est plus favorable. Avec l’accord de performance collective (APC), ce n’est plus le cas. En effet, si l’APC est approuvé par des syndicats représentatifs dans l’entreprise ayant recueilli au moins 50% des suffrages exprimés en faveur d’organisations représentatives aux dernières élections du CSE  , cet accord s’impose aux salariés quand bien même il diminuerait leurs salaires ou augmenterait leurs temps de travail sans aucune compensation. A défaut, il est possible de recourir à un référendum si la ou les organisations signataires représentent plus de 30% des suffrages requis. L’article L.2232-12 du Code du travail précise que l’accord peut alors être validé s’il est approuvé par les salariés à la majorité des suffrages exprimés.

En cas d’accord, si un salarié refuse d’accepter les mesures prévues, la direction n’a même pas besoin de justifier d’un motif économique pour le licencier : le refus d’un salarié de se soumettre à l’APC constitue en soi une cause réelle et sérieuse de licenciement ! Aucune obligation de licencier les salariés non-signataires de l’accord ne pèse sur l‘employeur. Cependant, le climat social dans l’entreprise sera évidemment dégradé et des tensions apparaîtront entre les salariés ayant signé l’accord et ceux l’ayant refusé.

L’importance des enjeux dans une telle négociation justifie que les syndicats soient accompagnés par l’expert prévu à l’article L. 2315-92 du Code du travail.

Derichebourg Aeronautics Services et Ryanair n’ont pas attendu les conseils de la Ministre du travail pour passer à l’offensive. Le 15 mai, sans l’avoir évoqué en réunion CSE  , la compagnie aérienne irlandaise a annoncé par mail à ses pilotes français que pour sauver leurs emplois, ils seront contraints d’accepter dès juillet une baisse salariale de 20% sur les cinq prochaines années.

Consommez plus, travaillez plus, gagnez moins… Le monde d’après commence bien !

Malek SMIDA

 

 

 

APPLICATION MOBILE

L’actualité du droit du travail et de ses évolutions… du bout des doigts.
En savoir plus

Partagez