Documents

La plume de l'alouette
Spéciale CSE, Septembre 2019

La CSSCT : la recherche d’une solution adaptée à l’entreprise
DOSSIER SPECIAL - JUILLET 2019

 

Après 38 ans de bons et loyaux services, le CHSCT   va s’éteindre à la fin de l’année. Et pourtant, les enjeux de santé au travail sont loin d’être derrière nous comme en attestent les 1 000 morts par an d’accident du travail ou de maladie professionnelle, les 100 000 morts dus à l’amiante d’ici à 2025 ou encore le procès en cours de France Telecom pour harcèlement moral institutionnalisé ayant conduit à de nombreux suicides.

En 2019, en France, le travail tue, abîme et engendre souffrance physique et psychologique.

Le législateur a préféré supprimer le CHSCT   et transférer ses prérogatives au nouveau CSE   en prévoyant que ce dernier pourrait s’appuyer sur une commission santé, sécurité et conditions de travail (CSSCT).

La CSSCT, mise à part quelques règles d’ordre public, se négocie avant tout. La négociation de l’accord de mise en place du CSE   doit permettre de définir les contours de la CSSCT, en particulier la délégation de tout ou partie des attributions du CSE   relatives à la santé, à la sécurité et aux conditions de travail.

La recherche d’un équilibre entre proximité, attributions et moyens

Le choix du périmètre

Le premier problème est l’évidente perte de proximité de la CSSCT puisque sa création n’est obligatoire que dans les entreprises ou établissements de 300 salariés et plus, contre 50 salariés et plus pour feu le CHSCT  . Cet éloignement du terrain est particulièrement dommageable du fait du caractère spécifique de ses missions qui nécessite d’être au plus près des situations de travail des salariés. Le premier enjeu sera donc de négocier le nombre et le périmètre d’implantation des CSSCT pour préserver cet ancrage dans l’activité concrète des travailleurs. 

Les missions de la CSSCT

Certains accords prévoient de déléguer à la CSSCT la totalité des attributions du CSE   en matière de santé, sécurité et conditions de travail. D’autres n’accordent qu’une délégation partielle en détaillant les missions, parmi lesquelles :

  • La préparation des réunions et des délibérations du CSE   sur les questions de santé, sécurité et conditions de travail.
  • Les inspections et les enquêtes.
  • Les différents droits d’alerte (voir notre dossier d’octobre 2018)
  • L’analyse des risques professionnels et le suivi de leur prévention.
  • L’amélioration des conditions de travail, parfois renommée qualité de vie au travail, et parfois précisée par des missions spécifiques (égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, prévention du harcèlement moral, sexuel ou des agissements sexistes ou encore accès et maintien dans l’emploi des personnes handicapées).
  • Le suivi des projets immobiliers, de déménagement et d’aménagement des espaces de travail.

L’adéquation des moyens 

Les missions apparaissent disproportionnées par rapport aux moyens de la commission, qui nécessiterait des heures de délégation complémentaires conséquentes, des temps pour des réunions préparatoires propres à la CSSCT et avec le CSE  , des temps pour assurer des missions spécifiques, des moyens de communication (messagerie électronique, intranet, affichage, téléphone portable, ordinateur), des moyens d’information (accès à la BDES, à de la documentation), des moyens de circulation dans l’entreprise et de réunion avec les salariés (local). Les modalités de fonctionnement de la CSSCT sont aussi importantes à négocier que ce soit sur le nombre de réunions ou sur l’élaboration de l’ordre du jour ou des comptes rendus qui ne doivent pas rester la mainmise de l’employeur ou encore sur la coordination de la CSSCT avec le CSE   ou avec les représentants de proximité.

L’adéquation entre les moyens et les prérogatives de la CSSCT apparaît comme décisive mais, dans bien des cas, l’employeur subordonne les moyens à une délégation significative d’attributions par le CSE  .

Ne pas déshabiller le CSE   pour habiller la CSSCT

La CSSCT n’a pas de personnalité juridique, elle ne peut donc pas agir en justice, elle ne peut pas rendre d’avis, elle ne peut pas recourir à un expert, elle ne peut pas gérer un budget, passer un contrat... Ses procès-verbaux n’ont aucune valeur légale s’ils ne remontent pas au CSE  . La CSSCT n’est pas une instance, elle n’est qu’une émanation du CSE  . A trop lui déléguer, le risque est d’assécher les prérogatives du CSE   qui, lui, est doté de personnalité juridique et de droits, pour les confier à une CSSCT qui ne pourra jamais se substituer à lui, et qui ne pourra donc jamais remplacer le CHSCT  .

Rappel important : les dispositions légales n’imposent pas au CSE   de déléguer certaines de ses missions à la CSSCT. Cette décision appartient aux élus du CSE   et à eux seuls. C’est le CSE   qui dispose d’une mission générale en matière de santé, sécurité et conditions de travail et toute délégation en la matière ne peut priver les membres du CSE   de leurs propres attributions.

  

Conseil Atlantes
Pour la négociation

Alors que certains employeurs tentent d’utiliser la CSSCT pour empêcher de conférer aux problématiques santé au travail une place centrale dans le CSE  , et négocient l’allocation de moyens en échange d’une large délégation d’attributions à la CSSCT, il convient de prendre des précautions dans la rédaction des accords ou des règlements intérieurs de CSE  . Certaines formules peuvent y aider : les missions déléguées ne privent pas les membres du CSE   des droits prévus aux article… Ou encore, le CSE   peut récupérer l’instruction directe de sujets relevant de la compétence de la CSSCT.

Selon nous, il semble préférable de confier à la CSSCT des missions d’instruction de dossier, de préparation des points à l’ordre du jour et des avis consultatifs du CSE  , d’étude des conséquences en matière de santé au travail des projets soumis à la consultation du CSE  , de proposition et de motivation du recours à une expertise, d’analyse des documents officiels en matière de SSCT  , mais aussi de travail de terrain pour alimenter le CSE   ou encore pour explorer de nouveaux espaces d’actions (risques émergents, prise en compte des sous-traitants et travailleurs précaires, effets des méthodes de management et d’évaluation des salariés…).

 


 

Contact

Contactez notre service
01 56 53 65 00
info@atlantes.fr

APPLICATION MOBILE

L’actualité du droit du travail et de ses évolutions… du bout des doigts.
En savoir plus

Partagez

Mise à jour :mardi 10 décembre 2019
| Mentions légales | Plan du site | RSS 2.0